Connexion

Année 2012

Projet

Le monde entier observe
Exposition de la Session 21 présentée au MAGASIN-CNAC 
du 3 juin au 2 septembre 2012



avec : 
Pierre Bismuth, Natalie Bookchin, Richard Serra, Vidéogazette, et des œuvres spécialement conçus de Pierre Musso, Gail Pickering, The Journal of Aesthetics and Protest et The Public School Philadelphia. 


En août 1968, des manifestants anti-guerre chantaient "the whole world is watching" devant la convention nationale du Parti démocrate à Chicago, tandis que les caméras de télévision relayaient dans les foyers des images de la brutalité policière. Devenu iconique, ce slogan revendiquait l’urgente nécessité d’un accès à l’information qui permettrait de réguler les injustices sociales et de garantir les droits des citoyens. Empruntant son titre à ce moment de l’histoire, Le Monde entier observe examine les notions de transparence et de responsabilité qui sous-tendent les technologies de communication à notre disposition. 

Le Monde entier observe découle d’une recherche sur l’histoire du Vidéogazette (1973-1976), un collectif d’activistes et de techniciens qui enseignaient aux habitants de la Villeneuve, un quartier nouvellement construit de Grenoble, comment utiliser l’équipement audiovisuel et produire leur propre chaîne de télévision. Au début des années 1970, la Villeneuve et son urbanisme expérimental, présentait un modèle de cohabitation et de vie communautaire qui attirait nombre d’activistes et de cinéastes. Dans ce contexte, les membres du Vidéogazette s’appropriaient les moyens de production de l’information et jouaient un rôle actif dans la démocratie locale. Il y avait, pour le Vidéogazette, un enjeu politique dans la tentative de décentraliser les chaînes de télévision et de transformer le spectateur en producteur. Les controverses liées à la direction et au choix des programmes ont fini par mettre en péril les principes fondateurs du Vidéogazette. 

L’Internet offre aujourd’hui une architecture virtuelle propice à l’échange social et à la mobilité, et reconduit ainsi le modèle de libre communication du Vidéogazette. Les plateformes interactives en ligne permettent d’accéder à l’information et à la connaissance et étendent le concept de "communautés locales" par la mise en réseau d’individus du monde entier. Ces derniers temps, on a pu observer un regain de politisation des outils technologiques à travers des mouvements qui revendiquent la démocratie et rétablissent la croyance dans la participation active des citoyens, tels que le mouvement espagnol des Indignados ou celui d’Occupy Wall Street. Ces mouvements mettent en avant le rôle des média sociaux dans la diffusion de points de vue divergents, et allient la capacité des réseaux existants à communiquer avec les fonctions politiques du rassemblement. Il font ressurgir des questions telles que "Qui dirige le processus décisionnel ?", et "Qui en est partie prenante ?". C’est ainsi notre emploi des technologies et notre position en tant que consommateurs et producteurs qui s’en trouvent interrogés. 

Inspiré par l’"Agora", plateau d’émission du Vidéogazette, Le Monde entier observetransforme l’auditorium du MAGASIN en espace d’exposition, et réunit une sélection de films et de documents provenant des archives du Vidéogazette, ainsi qu’un choix dœuvres vidéo. Richard Serra emprunte le téléprompteur du journal télévisv pour critiquer les média populaires, incarnant l’esprit d’une génération d’artistes qui, dans les années 1970, contestaient la passivité traditionnelle du spectateur. L’installation de Pierre Bismuth adopte une stratégie similaire pour activer le rôle du spectateur mais finit par en révéler les limites. L’installation vidéo de Natalie Bookchin rassemble des centaines de clips collectés sur YouTube pour critiquer avec ironie le mythe de l’Internet comme modèle de communication idéal d’interaction et d’échange social. Prenant pour point de départ les archives du Vidéogazette, Gail Pickering revisite les traces et les fragments de cette histoire pour concevoir une nouvelle œuvre. Journal of Aesthetics and Protest, The Public School Philadelphia et le théoricien des média Pierre Musso étayent chacun une réflexion sur le rôle des technologies au sein de la communauté, considérant le réseau à la fois comme un moyen d’organiser des voix multiples et comme un modèle conceptuel pour penser l’organisation. Leurs contributions seront préalablement publiées en ligne puis présentés dans l’espace d’exposition. 
L’ensemble desœuvres réunies offrent de multiples perspectives à l’égard de l’espace collectif défini par la technologie dans ses traits les plus contrastés : une communauté autodéterminée à laquelle se joignent des individus, une collection cacophonique de voix isolées et atomisées, un territoire revendiqué par le pouvoir étatique centralisé et un laboratoire pour de possibles scénarios politiques à venir. 

Contact

PARTICIPANTS

HALAJIAN Shoghig (USA)

SALZANO Corrado (IT)

SANDLER Sarah (AU)


Site de l'année



Tuteur

Farid Armaly

Intervenants

Fabrice Stroun,
Cécile Swiatek,
Pierre Leguillon,
Catherine Mathon,
Corinne Diserens