Connexion
Publication "Vortex Populi"

Vortex Populi est un essai visuel rassemblant cinq œuvres de Didier Fiuza Faustino. Cet ensemble de projets participe d'une réflexion sur l’espace public réalisée à partir de l’appropriation du motif de la barrière Vauban. Pour Faustino, cette recherche débute en 2013 avec Memories of Tomorrow, une installation conçue pour les Jardins des Tuileries. La même année, cette intervention donna lieu à une performance réalisée lors de Nuit Blanche à Paris sous le nom de Love Song for Riots. Deux ans plus tard, Didier Fiuza Faustino revisite cet instrument de canalisation des foules et propose Vortex Populi, un tourbillon de barrières Vauban installé au cœur de la nef du MAGASIN. Simultanément, à l’occasion de la Biennale d’Architecture de Chicago de 2015, il détourne cet artefact du pouvoir et conçoit l’installation BUILTHEFIGHT, qui présente, sous la forme d’un assemblage d’armes individuelles, un bouclier d’autodéfense destiné aux manifestants. Ainsi, la barrière Vauban, après avoir été décorative, performative et installation monumentale, s’impose chez Didier Faustino comme objet-prototype pour les luttes populaires.

 

Pelin Tan, sociologue et critique d’architecture, dépeint dans un court essai la méthodologie de la « forme transversale », méthodologie qui a alimenté l’évolution de cette recherche formelle. Mis en regard, des documents d’archives tels que des gravures dessinées par André Le Nôtre, Sébastien Le Pestre, marquis de Vauban ou encore Raoul Auger Feuillet, invitent le lecteur à la création de ponts entre les divers systèmes diagrammatiques de représentation des organisations spatiales, mêlant architecture et chorégraphie, auxquelles la démarche de Faustino fait écho.

 

L'ouvrage Vortex Populi est édité par it: éditions à l’occasion de l’exposition monographique Des Corps & Des Astres de l’artiste et architecte Didier Fiuza Faustino, accueillie au MAGASIN — Centre national d’art contemporain de Grenoble de novembre 2015 à mars 2016.

 

Publisher : it: éditions

Author : Pelin Tan

Graphic designer : julie[&]gilles

Date of publication : Avril 2016

88 pages

18,8 x 25,5cm

French/English

 

Available at the Bookshop in April.

 

More information soon.

Artiste et architecte français, Didier Faustino travaille sur la relation entre le corps et l'espace. À la frontière entre art et architecture, sa pratique a débuté dès la fin de ses études en 1995.
Son approche est multiforme, allant de l’installation à l’expérimentation, de la création d’œuvres plastiques subversives à celle d’espaces propices à l’exacerbation des sens. Ses projets se caractérisent par leur dimension fictionnelle, leur regard critique, leur affranchissement des codes et leur capacité à offrir des expériences inédites au corps individuel et collectif.


Au travers certains de ses travaux iconiques — Body in Transit(architecture de Venise, 2000), un espace minimal accusant les conditions de passages illégaux d’immigrés, ou encore One square meter house (Paris, 2006), un prototype de bâtiment mettant en porte à faux les notions de l’habitable —, la position subversive de Faustino nous invite à questionner le rôle politique de l’acte de création, tout autant que notre propre statut à la fois comme sujet et comme citoyen.


D’autres projets majeurs tels que Stairway to heaven (Castello Branco, 2001) – un espace public à usage personnel – ou encore (G)host in the (S)hell (Storefront NYC, 2008), nous conduisent à reconsidérer les frontières entre le public et le privé, le personnel et le collectif. 
Actuellement, Didier Faustino œuvre à trois projets architecturaux de taille : une librairie et centre culturel à Mexico City pour la Fondation Alumnos 47, une maison domestique expérimentale en Espagne pour l’éditeur de maisons Solo Houses, un chai au Portugal. Il consacre également une partie de son temps à l’enseignement, et dirige notamment la Diploma Unit 2 à la AA School de Londres depuis 2011. Depuis septembre 2015, il exerce la fonction de rédacteur en chef du magazine français d’architecture et de design CREE.
Il est représenté par les galeries Michel Rein à Paris, Galeria Filomena Soares à Lisbonne et Parque Galeria à Mexico.

Autour de l'évènement