Connection
BIVOUAC #11 - Humanimalités : nos mondes en question
/ Il est temps de rallumer les étoiles

VEN 29 MARS À 19H30
« HUMANIMALITÉS : NOS MONDES EN QUESTION »

Rdv au VOG, Fontaine

 

Notre rapport à l'animal change, car notre anthropocentrisme change... L'humain n'est plus le roi de l'animalité ! On remet en cause nos présupposés et on s'intéresse à l'animalité... Cette soirée sera l'occasion de croiser regards d'artistes, chercheuse et chamanes ! 

 

- - - - 

 

Projection de films de :

Éléonore Saintagnan et Grégoire Motte

Les Bêtes Sauvages, 2015

 

Que font les perruches vertes à collier - oiseaux exotiques - dans le centre-ville de Bruxelles en plein hiver ? Pourquoi un renard se retrouverait-il à l’arrière d’une voiture à la frontière franco-belge ? Et que va devenir cette famille d’hippopotames en cavale dans une rivière colombienne ? Eléonore Saintagnan et Grégoire Motte proposent, avec Les bêtes sauvages, un film - safari en trois chapitres dont les protagonistes à poils, à plume et en carton-pâte ont tous en commun d’avoir été placés par la main de l’homme dans un environnement qui n’était pas fait pour eux, mais où ils ont pourtant prospéré. À l’image de leurs personnages, les réalisateurs prennent un malin plaisir à se rendre là où l’on ne les attend pas. Traversant les frontières sur les pas des animaux, sautant d’un décor à l’autre, mais surtout d’un genre à l’autre, le film mêle trois histoires aux accents de mythes modernes et mélange avec bonheur enquête, sketch, micro-trottoir, images d’archives, documentaire animalier, reconstitution, performance, etc. Prétexte à toutes les loufoqueries, les bêtes sauvages n’ont d’effrayant que le nom, et intéressent moins Eléonore Saintagnan et Grégoire Motte que ceux qui les ont libérées, kidnappées ou importées, en un geste enfantin, généreux, voire poétique et peut-être même un peu fou.

Biographie

Grégoire Motte est un artiste pasticien, né en 1976 à Lille. Ses œuvres sont liées à des narrations, dont elles découlent ou qu’elles génèrent. Ces narrations sont livrées au public sous la forme de sculptures, films, conférences, écrits, etc.

 

Eléonore Saintagnan est une artiste pluridisciplinaire, née à Paris en 1979. Ses films et vidéos ont été sélectionnés et primés dans des festivals de cinéma comme Hors Pistes au Centre Pompidou, le FID Marseille, Doc Fortnight au MoMA à New-York, etc.

 

Sarah Vanagt

The corridor, 2010

 

Pendant 5 jours, Sarah Vanagt et la directrice de la photographie Annemarie Lean-Vercoe ont suivi un âne lors de ses visites hebdomadaires à des personnes âgées dans des maisons de retraite du sud de l’Angleterre. De maison en maison, de pièce en pièce. À chaque fois, l’âne a été accueilli chaleureusement, avec des salutations, des chants, des caresses, des histoires d’enfance, des poèmes et des rires. Jusqu’à ce que l’âne entre dans la chambre de Norbert, un homme qui a perdu sa capacité de parler mais pas sa capacité de toucher.

 

Bien que Sarah Vanagt ait initialement suivi les traces de l’âne à la recherche de souvenirs inspirés par la présence muette de l’animal, elle est revenue à la maison avec un film tout à fait différent. Pendant le montage, le film est devenu de plus en plus court, comme si les mots qui avaient accompagné les visites de l’âne avaient pris trop de place. 

 

Biographie

Sarah Vanagt (1976) réalise des documentaires, des installations vidéo et des photos, dans lesquels elle combine son intérêt pour l’histoire avec son intérêt pour le cinéma. 

 

Son travail est présenté dans des festivals de cinéma (FidMarseille, Viennale, Doclisboa, Idfa Amsterdam, Rencontres Internationales Paris / Madrid / Berlin, Centre Hors Pistes Pompidou) et dans des musées (Frankfurter Kunstverein, Fact Liverpool, NGBK Berlin, Shedhalle Zürich). Le court métrage muet Girl with a fly (2013) a été présenté pour la première fois à la 5ème Biennale de Moscou, etc.

 

Simon Ripoll-Hurier

Losing the bird, 2015

 

Dans Losing the bird, on assiste à une séance de « birdwatching », une pratique consistant à écouter les oiseaux dans leur environnement naturel, notamment grâce à la technique du « pishing » : le but étant d’arriver à observer le plus d’espèces possible, il s’agit d’attirer différents oiseaux en imitant le chant d’espèces ennemies afin de susciter une réaction. C’est donc une écoute active, une écoute bruyante, que le spectateur est invité à écouter lui-même, dans une sorte de mise en abyme. La vidéo convie à une réflexion sur les ambiguïtés de l’écoute, sur le rapport entre le son et le comportement, sur la communication dans la nature, chez l’être humain, et entre ces deux mondes. S’ils ne boudent pas les technologies, les deux 
« birdwatchers » semblent davantage compter sur leur voix, cette voix qui, selon Max Neuhaus, est le dispositif de production sonore le plus sophistiqué dont dispose l’être humain. A mesure que la nuit tombe, les jumelles ne servent plus à rien – et comme le fait remarquer l’un des protagonistes, ici, ce n’est pas important de voir : il faut entendre. 

Marie Verry

Biographie 

Simon Ripoll-Hurier est un artiste pluridisciplinaire. Actif dans les champs de l’art contemporain, de la radio et de la musique, son travail a été exposé en France et à l’international, diffusé par France Culture, acquis par des collections publiques. Il est l’un des membres fondateurs de la radio internet *DUUU et joue avec le groupe de surf music les Agamemnonz. 

 

 

- - - -

 

En présence de :

Elsa Sunita 

Elsa “Sunita” est une médium initiée au chamanisme.
Fondatrice du centre de bien être "Happy Shala Ciel" situé quartier saint Bruno, elle y enseigne un Yoga emprunt de sagesses chamaniques et réalise également des consultations individuelles médiumniques.
Cela fait plus de 12 ans qu’elle parcours le monde à la rencontre des grand sages et guérisseurs ancestraux.
De l’Himalaya à l’Amazonie, en passant par de nombreux lieux en Inde ou au Guatemala, Elsa Sunita à dédié sa vie au chemin Yogique et Chamanique. 

 

Coralie Mounet

Chercheuse géographe au CNRS, les recherches de Coralie Mounet portent sur les relations société / nature dans un contexte de changements globaux, et plus particulièrement sur les relations entre humains et animaux. Après avoir étudié les conflits et les controverses autour de la gestion d’animaux « à problème » (les loups et les sangliers) pendant ses travaux de doctorat, elle s’est penchée sur les négociations des «bonnes distances» entre humains et animaux dans des protocoles de suivi et de connaissance des grands mammifères. Dans une approche comparative, elle s’intéresse aujourd’hui à diverses situations, depuis des activités de chasse à la préservation de la nature en ville, en passant par la faune sauvage dans les espaces protégés.

 

Alban de Chateauvieux 

à l’issue d’études de design graphique puis d’art, Alban de Chateauvieux obtient un brevet de Marine Marchande pour devenir skipper de voiliers. En 2006, après deux années de voyage, il devient illustrateur. Il travaille alors pour des entreprises au positionnement haut-de-gamme pour le compte desquelles il réalise des outils de communication illustrés à l’aquarelle, sur le mode du «carnet de voyage». Formé, en 2011, à la technique du vitrail au Centre International du Vitrail de Chartres, il collabore avec l’atelier Parot au service de commandes émanant de clients particuliers mais aussi d’établissements scolaires ou médico-sociaux. Il s’engage aujourd’hui dans une expression figurative mêlant peinture sur toile et vitrail profane contemporain.

 

MILAGROS                   exposition du 7 mars au 11 mai 2019

Au travers de sa collection d’affichettes d’animaux perdus et d’ex-voto contemporains, Alban de Chateauvieux interroge les relations affectives intenses entre les individus, leurs animaux familiers et le paysage.

Au VOG, Centre d’art contemporain de la ville de Fontaine.

Ouverture et visites commentées, du mer au sam de 14h à 19h.