Connexion
BIVOUAC #8 - L'animal est-il un humain comme les autres ?
/ Il est temps de rallumer les étoiles

MER 13 MARS À 17H & 19H30
L'animal est-il un humain comme les autres ?

Rdv au Camp De Base, Lans-en-Vercors

 

Aujourd'hui 27 pays interdisent les cirques présentant des numéros avec des animaux... Le régime végétarien se généralise et le véganisme se discute à table ! Notre rapport à l'animal change, car notre anthropocentrisme change... L'humain n'est plus le roi de l'animalité ! Est-il un animal comme les autres ?

 

- - - - 

 

17H : Atelier vegan avec Pascale Cholette

Fondue savoyarde au fauxmage, terrine de poisson sans poisson, pâté de campagne aux lentilles, Pascale Cholette vous propose de cuisiner un authentique repas des Alpes, à la mode vegan ! 

 

Pascale Cholette a de multiples casquettes : photographe et

militante, elle a participé à la formation Ateliers des horizons en

2017*. Vegan de conviction, elle propose de revisiter pour ce

bivouac des plats traditionnels, sans produit d’origine animale !

En cette fin d’hiver dans les hauteurs du Vercors, quoi de plus

convivial que de se réunir autour de petits plats montagnards ?

 

19H : Projection de films et rencontre discussion avec Marc Higgin, anthropologue 

Marc Higgin s’intéresse aux pratiques quotidiennes de la vie sociale. Plus particulièrement son intérêt se porte sur la place du «non humain» dans ces modes d’habitation du monde: relations des personnes avec l’environnement, avec les animaux et avec les matériaux. Actuellement post-doctorant à l’Université Grenoble Alpes (Laboratoire PACTE et IRSTEA) sur le projet Trajectories, ses recherches antérieures se sont portées sur les chiens-guides, les nouvelles normes européennes en matière de bien-être animal dans les élevages et sur le marché de la viande casher.

 

- - - -

Projection de films de :

Melanie Bonajo

Night Soil – Nocturnal Gardening

 

Night Soil – Nocturnal Gardening est le troisième terme d’une trilogie initiée en 2014 avec Night Soil – Fake Paradise et poursuivie par Night Soil – Economy of love en 2015. Avec Nocturnal Gardening, Melanie Bonajo interroge notre temps et les différentes crises écologiques qui le traversent. C’est tout un réseau de questions relatives au droit animal, à la politique des corps, au rationalisme des sociétés occidentales qui considère la nature comme un objet utilitaire qui nous sont adressées. Et comment, aujourd’hui, organiser une résistance ? Nocturnal Gardening nous met en présence de quatre femmes, que l’on observe parcourir un territoire. Elles se rassemblent sous quatre figures, qui expriment chacune un rapport singulier à la nature : la symbiose, le soin, l’activisme et la mémoire. Chacune de ces figures, de ces formes de vie, porte en elle un savoir.

Biographie

Melanie Bonajo est une artiste néerlandaise, formée à la Rijksakademie d’Amsterdam et à l’ISCP de New York. Dans son œuvre, elle interroge l’impact de notre monde technologique sur la subjectivité, les corps, les représentations et son rôle dans les sentiments d’aliénation et de déréalisation contemporains.

 

Éléonore Saintagnan et Grégoire Motte

Les Bêtes Sauvages, 2015

Que font les perruches vertes à collier - des oiseaux exotiques – dans le centre-ville de Bruxelles en plein hiver ? Pourquoi un renard se retrouverait-il à l’arrière d’une voiture à la frontière franco-belge ? Et que va devenir cette famille d’hippopotames en cavale dans une rivière colombienne ? Eléonore Saintagnan et Grégoire Motte proposent, avec Les bêtes sauvages, un fi lm – safari en trois chapitres dont les protagonistes à poils, à plume et en carton-pâte ont tous en commun d’avoir été placés par la main de l’homme dans un environnement qui n’était pas fait pour eux, mais où ils ont pourtant prospéré. À l’image de leurs personnages, les réalisateurs prennent un malin plaisir à se rendre là où l’on ne les attend pas. Traversant les frontières sur les pas des animaux, sautant d’un décor à l’autre, mais surtout d’un genre à l’autre, le film mêle trois histoires aux accents de mythes modernes et mélange avec bonheur enquête, sketch, micro-trottoir, images d’archives, documentaire animalier, reconstitution, performance, etc. Prétexte à toutes les loufoqueries, les bêtes sauvages n’ont d’effrayant que le nom, et intéressent moins Eléonore Saintagnan et Grégoire Motte que ceux qui les ont libérés, kidnappés ou importés, en un geste enfantin, généreux, voire poétique et peut-être même un peu fou dont les réalisateurs s’emparent à leur tour.

Biographie

Eleonore Saintagnan - Née à Paris le 31 décembre 1979, Eléonore Saintagnan vit et travaille à Bruxelles. Après des études d’arts plastiques et de cinéma, elle a suivi les post-diplômes du Studio National du Fresnoy et de SPEAP, le master de Bruno Latour à Sciences Po Paris. 
Artiste pluridisciplinaire, elle a exposé dans des musées et centres d’art en France (Palais de Tokyo , CRAC Alsace), en Belgique (Wiels, Iselp), en Angleterre et en Italie,  ainsi qu’ en Chine et en Corée du Sud (Muséum of Modern and Contemporary Art).
Ses films et vidéos ont été sélectionnés et primés dans des festivals de cinéma comme Hors Pistes au Centre Pompidou, le FID Marseille, Doc Fortnight au MoMA à New-York, ou Visions du réel à Nyon en Suisse.

 

Sarah Vanagt

The corridor, 2010

 

Pendant 5 jours, Sarah Vanagt et la directrice de la photographie Annemarie Lean-Vercoe ont suivi un âne lors de ses visites hebdomadaires à des personnes âgées dans des maisons de retraite du sud de l’Angleterre. De maison en maison, de pièce en pièce. À chaque fois, l’âne a été accueilli chaleureusement, avec des salutations, des chants, des caresses, des histoires d’enfance, des poèmes et des rires. Jusqu’à ce que l’âne entre dans la chambre de Norbert, un homme qui a perdu sa capacité de parler mais pas sa capacité de toucher. Bien que Sarah Vanagt ait initialement suivi les

traces de l’âne à la recherche de souvenirs inspirés par la présence muette de l’animal, elle est revenue à la maison avec un film tout

à fait différent. Pendant le montage, le film est devenu de plus en plus court, comme si les mots qui avaient accompagné les visites de

l’âne avaient pris trop de place.

Biographie

Sarah Vanagt (1976) réalise des documentaires, des installations vidéo et des photos, dans lesquels elle combine son intérêt pour l’histoire avec son intérêt pour le cinéma. Son travail est présenté dans des festivals de cinéma (FidMarseille, Viennale, Doclisboa, Idfa

Amsterdam, Rencontres Internationales Paris / Madrid / Berlin, Centre Hors Pistes Pompidou) et dans des musées (Frankfurter Kunstverein, Fact Liverpool, NGBK Berlin, Shedhalle Zürich).

Le court métrage muet Girl with a fly (2013) a été présenté pour la première fois à la 5ème Biennale de Moscou, etc.