Connexion
BIVOUAC #1 - Sensibilités particulières : vivre plus fort ?
/ Il est temps de rallumer les étoiles

JEU 10 JAN 2019 À 19H
« SENSIBILITÉS PARTICULIÈRES : VIVRE PLUS FORT ?  »

Rdv à la MDH Chorier-Berriat

Entrée libre / Résa : reservation@magasin-cnac.org.

 

Projections de films d'artistes & rencontres

 

Qu’est-ce qu’être hypersensible ?

Capter quelque chose du monde, de sa frénésie, de ses toxicités, qu’elles soient atmosphériques ou relationnelles. Une étrange faculté de capter des forces. Une sensibilité qui excède les seuils et les formats de ce qui est normalement perceptible.

Certaines personnes subissent leur hypersensibilité, d’autres la cultive. À chaque fois, il s’agit d’apprendre à vivre avec. Ce vivre avec prend la forme d’une expérience d’inséparation au monde : nous sommes chacun un fragment inséparé du monde. 

Les hypersensibles sont ceux qui veillent à nous rappeler et à attester qu’il n’y a pas “nous” et “le monde”.

 

Ce BIVOUAC a été pensé avec Jérémy Damian, chercheur associé au MAGASIN des horizons pour l’année 2019. Après les projections de Losing the bird (2015) réalisé par Simon Ripoll-Hurier, et Deux Cieux (2007) de Christoph Keller, trois propositions permettront d’aborder la question de nos hypersenbilités avec Léa Pomaja, artiste radio, Adéli Motchan, danseuse Bûto et chorégraphe et Simon Ripoll-Hurier, artiste.

 

- - - -

 

Projection des films de :

Simon Ripoll-Hurier
Losing the bird, 2015

Dans Losing the bird, on assiste à une séance de « birdwatching », une pratique consistant à écouter les oiseaux dans leur environnement naturel, notamment grâce à la technique du « pishing » : le but étant d’arriver à observer le plus d’espèces possible, il s’agit d’attirer différents oiseaux en imitant le chant d’espèces ennemies afin de susciter une réaction. C’est donc une écoute active, une écoute bruyante, que le spectateur est invité à écouter lui-même, dans une sorte de mise en abyme. La vidéo convie à une réflexion sur les ambiguïtés de l’écoute, sur le rapport entre le son et le comportement, sur la communication dans la nature, chez l’être humain, et entre ces deux mondes. S’ils ne boudent pas les technologies, les deux
« birdwatchers » semblent davantage compter sur leur voix, cette voix qui, selon Max Neuhaus, est le dispositif de production sonore le plus sophistiqué dont dispose l’être humain. A mesure que la nuit tombe, les jumelles ne servent plus à rien – et comme le fait remarquer l’un des protagonistes, ici, ce n’est pas important de voir : il faut entendre. 

Marie Verry

Biographie 

Simon Ripoll-Hurier est un artiste pluridisciplinaire. Actif dans les champs de l’art contemporain, de la radio et de la musique, son travail a été exposé en France et à l’international, diffusé par France Culture, acquis par des collections publiques. Il est l’un des membres fondateurs de la radio internet *DUUU et joue avec le groupe de surf music les Agamemnonz. 

 

Retrouvez Simon Ripoll-Hurier et Jérémy Damian pour un « Étirement » au Pacifique - CDCN

SAM 02 DEC - 9h30>17h30

Les Étirements associent la pensée et le mouvement au cours d’une journée thématisée. Expérience partagée entre intervenants et participants, les Étirements proposent un temps du “dire et du faire”. Un projet de CitéDanse - Grenoble et du Pacifique - CDCN

Pour plus d’infos : lepacifique-grenoble.com 

 

Christoph Keller
Deux Cieux, 2007

« Les deux chamanes ont aplani le sol à proximité du menhir pour créer un espace de cérémonie circulaire, et tout le monde s’est assis. Le premier chamane est entré en transe extrêmement rapidement. Son corps était agité de frissons et de tremblements, et il s’est bientôt mis à marmotter comme un animal. Il était assis dans une posture bizarre, au pied de la pierre, un peu comme une chouette peut-être ; les lèvres retroussées, les yeux clignotants. Ensuite, il a commencé à parler en prenant différentes voix étranges (...) Autant que j’ai pu voir, aucune drogue n’a été consommée, et lorsque cela a pris fin les chamanes étaient complètement calmes et détendus. J’ai tout filmé ».

Cette scène, filmée il y a 10 ans par l’artiste, se déroule en Bretagne.

Biographie 

Les installations de Christoph Keller apparaissent souvent comme des configurations expérimentales, qui s’appuient sur les possibilités discursives de l’art pour approfondir des thématiques liées à la science et à ses utopies. Le Cloudbuster-Project rejoue les expérimentations de Wilhelm Reich autour de l’énergie de l’orgone et de ses effets sur l’atmosphère. Dans Encyclopaedia Cinematographica et Archives as Objects as Monuments, Keller se penche sur l’archéologie des films scientifiques, l’impossible objectivité de la documentation, et le problème de la soif de mise en ordre du savoir intrinsèque aux archives. Expedition-Bus and Shaman-Travel, un camping-car recouvert de miroirs destiné à des voyages de recherche, révèle que le point de vue ethnographique de la science est déterminé par les projections de sa propre culture.

 

- - - - 

 

SUIVI D'UNE DISCUSSION EN PRÉSENCE DE

Jérémy Damian 

Jérémy Damian est anthropologue intermittent de la recherche. Ses recherches cartographient, dans les franges de notre naturalisme moderne, des pratiques collectives de mise en culture de sensorialités aberrantes. Avec l’association Pli sur Pli, il tente de construire des milieux hospitaliers au côtoiement des savoirs académiques, des pratiques somatiques et des écritures contemporaines. Compagnon du TJP, - CDN de Strasbourg, il coordonne la revue Corps-Objet-Image. Il est chercheur associé au Magasin des horizons. Il a soutenu une thèse en 2012 intitulée Intériorités / Sensations / Consciences – les expérimentations somatique du Contact Improvisation et du Body-Mind Centering.  

 

Léa Promaja, artiste radio  

Léa Promaja travaille les ondes sonores pour la radio, mais explore dernièrement la perception d’un autre type d’ondes : celles des champs électromagnétiques, dits «rayonnements non-ionisants», utilisés par les technologies sans-fil.

 

Adéli Motchan, danseuse buto 

Chorégraphe, artiste visuelle et arpenteuse, est issue du cirque contemporain, de la danse buto/body weather laboratory et de l’éducation somatique.

Son travail artistique se situe aux confins de la photographie, des arts plastiques, de la danse et de la performance.

Elle investit des lieux atypiques ou des plateaux : ré-invente les espaces ou les paysages dans des « Espaces Imaginaires ».

La mise en présence du corps est au centre de son processus artistique. Son vocabulaire mêle l’intime, le sensible, la tension et la lenteur à travers des corps immobiles ou en mouvement,s’approchant du rituel et de la contemplation.

Elle marche à la recherche d’une géo-poétique, « une sensation du monde perceptive » par différents médiums : écriture, photographie, chorégraphie...

Inspirée par la philosophie et la spiritualité indienne, elle est professeur de Kundalini Yoga.

 

Simon Ripoll-Hurier

(Né en 1985, vit et travaille à Paris). 

Entre 2014 et 2017, il développe Diana, une recherche qui inclut film, vidéo, performance et création radiophonique, au cours de laquelle il va à la rencontre de différentes pratiques d’écoute qu’il met en relation (radioamateurisme, birdwatching, ghost seeking…). Le travail de Simon Ripoll-Hurier a été présenté dans des festivals et biennales (Visions du Réel, FIDMarseille, Bergen Assembly, Helicotrema…), dans des centres d’art (Palais de Tokyo, Laboratoires d’Aubervilliers, Frac Franche-Comté, Ujazdowski Castle à Varsovie, Greylight à Bruxelles, Le MAGASIN des horizons, la Villa du Parc...) et diffusé à la radio (France Culture, Wave Farm / WGXC...).

Simon Ripoll-Hurier joue aussi avec Les Agamemnonz, un groupe de surf instrumental, et a co-fondé *DUUU, une webradio d’artistes.

THU, JAN 10, 2019 AT 7PM

« Special sensitivities: living more fully?  »

Meeting point : MDH Chorier-Berriat

Free admission / Résa : reservation@magasin-cnac.org.

 

Art film screenings & meetings

 

What is it like being hypersensitive ? 

Snatching a bit of the world, a snippet of its hustle and bustle, a speck of its toxicity, be it atmospheric or interpersonal. A strange faculty of capturing forces. A sensitivity that exceeds the thresholds and the formats of what is normally perceptible.

Some people endure their hypersensitivity, others cultivate it: in either case, it’s about learning to live with it. This living-with takes on the form of the experience of non-separateness from the world: each of us is a non-separate fragment of the world.

Hypersensitive people are those whose presence reminds us, and confirms, that there isn’t an “us” without “the world.”

 

This BIVOUAC is designed in collaboration with Jérémy Damian, an associate researcher at the MAGASIN des Horizons for the year 2019. Following the screenings of Losing the Bird (2015), directed by Simon Ripoll-Hurier, and Deux Cieux (2007) by Christoph Keller, we will tackle the question of our hypersensitivities through three presentations by the radio artist Léa Pomaja, the dancer and choreographer Adéli Motchan, and the artist Simon Ripoll-Hurier.

 

- - - -

 

FILM SCREENINGS:

Simon Ripoll-Hurier

Losing the bird, 2015

In Losing the Bird, the viewer is pulled into a session of bird-watching, a practice which consists in observing birds in their natural environment, among others thanks to the technique of “pishing,” or attracting birds by imitating the song of the enemy species in order to provoke a reaction. The goal is to spot as many different species as possible. This is therefore active listening, noisy listening, and the viewer is invited to listen, too, in a sort of mise-en-abime. The video instigates reflection on the ambiguous nature of listening, the relationship between sound and behavior, communication in nature, among humans, and between these two worlds. Although they do not reject technology, the two birdwatchers rely above all on their voice—voice which, according to Max Neuhaus, is the most sophisticated sound emitter available to humans. As the night falls, binoculars are no longer of any use: as one of the protagonists points out, what matters here isn’t seeing, but listening.

Marie Verry

 

Biography

Simon Ripoll-Hurier is a multidisciplinary artist working in the fields of contemporary art, radio, and music. His creations were exhibited in France and abroad, broadcast by France Culture and entered into public art collections. He is a founding member of the internet radio *DUUU, and plays with Les Agamemnonz, a surf music group.

 

> Simon Ripoll-Hurier and Jérémy Damian can be seen again at Le Pacifique – CDCN, where they will participate in an “Étirement

SAT, DEC 2 – 9.30AM > 5.30PM

The Étirements combine thought and movement during a themed day of events. An experience shared by the speakers and the participants, the Étirements feature a time for “words” and a time for “actions.” A project sponsored by CitéDanse–Grénoble and Le Pacifique–CDCN

To learn more, visit: lepacifique-grenoble.com

 

Christoph Keller
Deux Cieux, 2007

“Two shamans had leveled the ground around the menhir in order to make room for a circular ceremony, and now everybody was seated. The first shaman quickly went into a trance. His body was shaking and writhing, and he began muttering like an animal. He was sitting in an awkward position at the foot of the stone, a little like an owl; his lips were curled outward and his eyes were blinking. Next, he began speaking in strange voices. … As far as I could see, he had not ingested any drugs, and once everything was over, the shamans were calm and relaxed. I filmed the whole thing.”

This scene, shot ten years ago by the artist, took place in Brittany.

 

Biography

Christoph Keller’s installations often take on the form of experimental configurations relying on the discursive potential of art in order to explore themes related to science and utopias. The Cloudbuster Project revisits Wilhelm Reich’s experiments with orgone energy and its effects on the atmosphere. In the Encyclopaedia Cinematographica and Archives as Objects as Monuments, Keller looks at the archeology of scientific films, the unattainable objectivity of documentation, and the desire to organize knowledge which is inherent in the archives. In Expedition-Bus and Shaman-Travel, a mirror-covered camping car designed for research trips shows how much the ethnographic point of view adopted by science is a product of projections of one’s own culture.

 

- - - - 

 

FOLLOWED BY A DISCUSSION WITH THE PARTICIPATION OF

Jérémy Damian 

Jérémy Damian is an occasional research anthropologist. Working at the fringes of modern naturalism, he maps collective practices of cultivating unusual sensibilities. Together with the association Pli sur Pli, he develops healthcare establishments that deploy academic knowledge, somatic practices, and contemporary writing. He collaborates with the Théâtre du Jeune Public CDN Strasbourg, and coordinates the journal Corps–Objet–Image. He is an associate scholar at the Magasin des Horizons. In 2012, he defended his Ph.D. thesis entitled Interiorités / Sensation / Conscience: Sociologie des expérimentations somatiques du Contact Improvisation et du Body–Mind Centering.

 

Léa Promaja, radio artist

Léa Promaja works with airwaves, but lately has also been exploring the perception of another kind of waves: those of electromagnetic fields, so-called “non-ionizing radiation,” used by wireless technologies.

 

Adéli Motchan, danseuse buto 

A choreographer, visual artist, and surveyor, Adeli Motchan has a background in contemporary circus, butoh dance/body weather laboratory, and somatic education. Her work as an artist straddles photography, visual arts, dance, and performance. She works with non-typical locales and stages, reinventing the space or the landscape and turning them into “Imaginary Spaces.” Bodily contact is at the heart of her artistic process. Her vocabulary combines intimacy, the senses, tension, and slowness through the use of immobile or moving bodies, thus coming close to a ritual and contemplation.

She seeks a geopoetics, a “sensation of the perceptual world” through various mediums: writing, photography, choreography… Inspired by Hindu philosophy and spirituality, she is a Kundalini Yoga instructor.

 

Simon Ripoll-Hurier

(Born in 1985, lives and works in Paris)

Between 2014 and 2017, Simon Ripoll-Hurier developed Diana, a body of research that includes film, video, performance, and a radio broadcast which explores and interconnects a range of listening practices, including amateur radio, birdwatching, ghost hunting… Simon Ripoll-Hurier’s work was featured in festivals and biennales (Visions du Réel, FIDMarseille, Bergen Assembly, Helicotrema…), art centers (Palais de Tokyo, Paris; Laboratoires d’Aubervilliers; FRAC Franche-Comté; Ujazdowski Castle in Warsaw; Greylight in Brussels; the MAGASIN des Horizons in Grenoble; the Villa du Parc…), and aired on the radio (France Culture, Wave Farm / WGXC…).

Simon Ripoll-Hurier also plays with Les Agamemnonz, an instrumental surf group, and is a co-founder of *DUUU, an artists’ webradio.