Connection

Dan Perjovschi / PRESSION LIBERTÉ EXPRESSION / april. - july. 2015

GENÈSE DU PROJET ET ÉLÉMENTS BIOGRAPHIQUES

Dan Perjovschi, né en 1961 à Sibiu, Roumanie, est l’un des artistes majeurs de la scène artistique roumaine et bénéficie d’une reconnaissance internationale. Dessinateur de presse en Roumanie depuis près de 25 ans pour l’hebdomadaire Revista 22, il appartient à la première génération d’artistes et intellectuels critiques de la société post-communiste en Roumanie.

 

C'est sur l'invitation d'Hilde Teerlinck, elle-même commissaire invitée au MAGASIN, que Dan Perjovschi présente PRESSION LIBERTÉ EXPRESSION dans les espaces de la Rue et des galeries du MAGASIN, d'avril à juillet 2015.

 

 

Dan Perjovschi pendant le montage de l'exposition PRESSION LIBERTÉ EXPRESSION, avril 2015, MAGASIN © 2015 MAGASIN-CNAC.

Dan Perjovschi pendant le montage de l'exposition PRESSION LIBERTÉ EXPRESSION, avril 2015, MAGASIN © 2015 MAGASIN-CNAC.

 

 

 

 

" Quand je regarde le travail de l’artiste roumain Dan Perjovschi, je pencherais naturellement pour le classer dans la catégorie des ‘rebelles’. Certainement ce choix résulte en partie de la situation politique à laquelle il a dû faire face dans son propre pays étant jeune. Perjovschi a grandi sous le régime communiste, qui débuta en 1947, lorsque les Russes forcèrent le roi Michael I à abdiquer pour proclamer la République. L’URSS contrôla l’économie du pays qu’elle occupa militairement durant une vingtaine d’années. Nicolae Ceausescu imposa ensuite sa dictature, plus indépendante si l’on peut dire. La plus grande ambition de Nicolae Ceausescu était de rembourser la dette roumaine. Pour y arriver, il imposa des règles de vie strictes au pays, qui appauvrirent les Roumains autant que l’économie nationale. Etendant son autorité à une réelle ‘police d’état’, il imposa un véritable culte de la personnalité.

Ses choix menèrent à une chute drastique de sa popularité, culminant inévitablement à son renversement puis exécution durant la sanglante révolution roumaine de 1989. Depuis lors, la Roumanie, devenue république démocratique, tâche de s’adapter à l’économie libérale et a même rejoint l’Union Européenne.

L’origine de l’art de Dan Perjovschi doit se voir imbriqué dans ce contexte complexe, devant un arrière-fond politique tumultueux.

Il est sage d’expliquer que les artistes furent considérés, sous le régime communiste, comme suspicieux, voire comme de véritables ‘guérilleros’. Le monde de l’art libre, condamné à l’underground, a dû s’adapter et trouver des façons toujours plus ingénieuses pour survivre."

- Hilde Teerlinck, Bourges, mars 2015

 

Dan Perjovschi a 4 ans lorsque Nicolae Ceausescu prend le pouvoir et instaure un régime totalitaire : culte de la personnalité, presse muselée... Le régime communiste ne s’est pas contenté d’accaparer tous les leviers économiques et politiques, il a aussi voulu transformer l’être humain du point de vue culturel, moral et comportemental. C’est dans ce contexte politique, social et culturel que Dan Perjovschi grandit et entame son parcours d’artiste.

 

Après la chute du mur de Berlin, Dan Perjovschi découvre le champ artistique international des années 1960, 1970, 1980. Il passera alors 10 ans à déconstruire les mécanismes instaurés par le communisme et par sa formation académique.

 

Extrait de "Non-Stop", présentation powerpoint de Dan Perjovschi, 2005-2015. 

(images sur l'histoire de la Roumanie: courtoisie Revista 22 ; vues d'installations: courtoisie de l'artiste et des institutions mentionnées) 

 

« Ma carrière ne commence pas avec la Revue 22. Elle commence réellement 5 ans plus tôt, pendant le communisme ; ma première exposition a eu lieu en 1985. Mais c'est comme si je n'existais pas en tant qu'artiste avant la chute du communisme. Je faisais partie d'un groupe, Atelier 35. Il y avait beaucoup de jeunes artistes comme moi, et nous avons participé à des expositions, par défaut, à l'époque de la censure. Cela impliquait qu’à chaque fois que l'on faisait une exposition, il y avait trois comités de censure qui se réunissaient : l'union des artistes, le comité culturel de la ville et le Parti Communiste. C'était atroce, mais on restait très actifs. 

Atelier 35 ne réalisait pas des travaux politiques qui critiquaient directement le régime communiste, mais des travaux dont le style était différent du réalisme socialiste. Et comme notre groupe était très actif, nous sommes devenus des dissidents. Et ce fut là la vraie école pour moi. Parce qu'il ne faut pas oublier que j'ai 20 ans d'études d'art académique derrière moi. J’ai été dans une école spéciale dès l'âge de 10 ans. J'ai fait 30000 natures mortes!  Et ce que vous voyez là, c'est ma rébellion. Aujourd'hui mon style est proche de l'art brut et du graffiti, c'est à dire quelque chose de non-éduqué. J'ai été ultra-éduqué en art, et ceci est une réponse. » 

- Dan Perjovschi, citation extraite de son entretien avec l'équipe du MAGASIN (le 9 avril 2015)

 


Le travail de Dan Perjovschi est basé sur la réalisation in situ de dessins, directement sur les supports existants ; murs, fenêtres, portes, etc. Le trait est simple et direct. N'utilisant qu'un feutre noir, ses textes et figures sont toujours chargés d’un message politico-social.
Partout où il se rend, il prend la température du lieu, lit les journaux locaux et suit les informations diffusées sur Internet. Les témoignages pleins d'esprit qu’il laisse sur les murs des musées et centres d’art reflètent sa vision perçante des événements politiques, sociaux et artistiques. Comme il le dit lui-même : « J’essaie d’utiliser les dessins non pas cyniquement, mais dans l’idée de créer un espace de compréhension, de dialogue. »

 

C'est ce qu'il a fait à Grenoble, où il a séjourné du 31 mars au 10 avril 2015, pour dessiner sur les murs du MAGASIN des dessins existants et de nouvelles créations, inspirées de l'actualité locale.

PARCOURS DANS L'EXPOSITION

La Rue

A Transparent Retrospective, 2012-2015

Feutre Posca sur verre feuilleté, structures acier en tubes carrés soudés 

26 éléments

208 x 176 x 100 cm (chaque) / 200 x 170 cm / épaisseur 6 mm (verre)

Œuvre unique

Courtoisie de l’artiste et de la galerie Michel Rein, Paris/Bruxelles

 

A Transparent Retrospective est une anthologie de dessins, dans laquelle chaque vitre correspond à une année. Les vitres de 1990 à 2012 ont été produites par le CCC de Tours en 2012. Celles des années 2013 à 2015 ont été réalisées pour l’exposition au MAGASIN.

 

Vue de la Rue du MAGASIN / Dan Perjovschi, exposition PRESSION LIBERTÉ EXPRESSION, avril-juillet 2015 © 2015 Blaise Adilon

Vue de la Rue du MAGASIN / Dan Perjovschi, exposition PRESSION LIBERTÉ EXPRESSION, avril-juillet 2015 © 2015 Blaise Adilon

Vue de la Rue du MAGASIN / Dan Perjovschi, exposition PRESSION LIBERTÉ EXPRESSION, avril-juillet 2015 © 2015 Blaise Adilon

Vue de la Rue du MAGASIN / Dan Perjovschi, exposition PRESSION LIBERTÉ EXPRESSION, avril-juillet 2015 © 2015 Blaise Adilon

 

Salle 1 (galeries)

Sans titre (PRESSION LIBERTÉ EXPRESSION), 2015

dessin au feutre noir

© Dan Perjovschi, MAGASIN - CNAC, Grenoble / Courtesy

galerie Michel Rein, Paris.

 

Vue de la salle 1 / Dan Perjovschi, exposition PRESSION LIBERTÉ EXPRESSION, avril-juillet 2015 © 2015 Blaise Adilon 

  

Couloir (galeries)

exPRESSion, 2015

dessin sur journal

 

Salle 2 (galeries)

Anthologie de journaux 1993-2015

Anthologie de livres d’artiste 2003-2014

Anthologie de cartes postales de Grenoble 2015 

 

Vue de la salle 2 / Dan Perjovschi, exposition PRESSION LIBERTÉ EXPRESSION, avril - juillet 2015 © 2015 Blaise Adilon

Vue de la salle 2 / Dan Perjovschi, exposition PRESSION LIBERTÉ EXPRESSION, avril - juillet 2015 © 2015 Blaise Adilon

 

Couloir (galeries)

Connecting, 2014-2015

 

Ces dessins sont le résultat du projet « Connecting » de Remko Leeuw, conduit avec les visiteurs au Musée Van Abbe à Eindhoven aux Pays-Bas. Pour ce projet, Remko Leeuw a pu réaliser des copies de dessins de Dan Perjovschi et inviter les visiteurs à commenter, intervenir et réagir à même le papier. Chacun des dessins ainsi produits a ensuite servi de point de départ à une nouvelle production de Dan Perjovschi. L’ensemble de ce processus intégrant la participation du public a été publié sur internet.

 

Salle 3 (galeries)

Chalk Reality, 2015

 

Chalk Reality est une installation in situ de dessins dans une salle peinte en noir. Elle est spécifique à Grenoble, à la France et au monde d’avril 2015.

C’est une pièce unique, composée à 50% de dessins issus de précédentes installations murales réalisées à travers le monde depuis 2000 et à 50% de nouveaux dessins créés à Grenoble.

 

Vue de la salle 3 / Dan Perjovschi, exposition PRESSION LIBERTÉ EXPRESSION, avril-juillet 2015 © 2015 Blaise Adilon

Vue de la salle 3 / Dan Perjovschi, exposition PRESSION LIBERTÉ EXPRESSION, avril-juillet 2015 © 2015 Blaise Adilon

Vue de la salle 3 / Dan Perjovschi, exposition PRESSION LIBERTÉ EXPRESSION, avril-juillet 2015 © 2015 Blaise Adilon

Vue de la salle 3 / Dan Perjovschi, exposition PRESSION LIBERTÉ EXPRESSION, avril-juillet 2015 © 2015 Blaise Adilon

Salle 4 (galeries)

Printed media room, 2015

 

Vue de la salle 4 / Dan Perjovschi, exposition PRESSION LIBERTÉ EXPRESSION, avril-juillet 2015 © 2015 Blaise Adilon

 

Salle 5 (galeries)

Mainstream, 2009

Un film de Anna Marziano, avec Dan Perjovschi.

Durée : 23 minutes 42 secondes

Réalisation : Anna Marziano

Montage : Mélanie Bénard, Anna Marziano

Son : Virginie Combet

Prod. Ateliers Varan

France, 2009

Voir le film sur Vimeo

 

POUR EN SAVOIR PLUS

Sur Internet

Pour en savoir plus sur Dan Perjovschi:

le site officiel de Dan Perjovschi

 

Le site des galeries qui représentent Dan Perjovschi:

Galerie Michel Rein

Galerie Gregor Podnar

 

VIDÉO : "Unmaking Dan", une performance de l'Institut d'Art Contemporain - Sofia, 9 avril 2010:

vidéo du démontage de l'exposition de Dan Perjovschi à ICA-Sofia Gallery

 

VIDÉO : "What Happened to Us?", Dan Perjovschi au MoMA de New York, 2007:

vidéo du montage de l'exposition au MoMA