Connexion
PATCHWORK BLANC DES NOMS / Zoom documentaire / Les Sororales #3 __ En ligne
> > > S'OXYGÉNER

__
Tout public

 

Du 04 au 19 avril

Dans le cadre des Sororales #3 

 

Avec : Isabelle Salem Diego Sentis(La Fabric'Art-thérapie)

__
Lieu : À suivre en ligne ci-dessous

 

Dans une démarche collective contre l’oubli et en résonance avec le contexte actuel mondial, le Patchwork blanc des noms 1 est dédié aux personnes "sans patchwork", invisibilisées, des personnes exclues et marginalisées par la société, des personnes sans-papiers...

 

Le Patchwork blanc est un Patchwork des noms dédié à tous les oublié·e·s anonymes. Ni une œuvre d’art, ni un décor, le Patchwork des noms est une oeuvre commémorative et politique inventée dans les années 80 et destinée à participer au processus de deuil en attirer l’intention du public sur l’épidémie du Sida. Cette œuvre participative est composée de milliers panneaux réalisés aux quatre coins du monde. Chaque panneau est composé de 6 patchworks dédiés à une personne décédée des conséquences du VIH. 

 

__ 

 

 

 

Cette démarche collective contre l’oubli a une résonance particulière dans le contexte actuel 2 de l’épidémie du COVID-19.

C’est pourquoi il nous apparait important de vous raconter cette histoire des Patchworks des Noms et celle du Patchwork blanc des noms. Le Patchwork blanc a été pensé en 2014 par Isabelle Salem Diego Sentis à l’occasion du Festival des Solidays. Il est dédié aux personnes "sans patchwork", invisibilisées, des personnes exclues et marginalisées par la société, des personnes sans-papiers … Ce patchwork blanc des Noms s’inscrit dans l’histoire de la lutte contre le Sida 3 dont celle des Patchworks des noms.

 

+ d'info sur le projet présenté au MUCEM en mai 2019

 

 

__

  

 

C’est une histoire bien vivante qui a commencé avec Cleve Jones 4 et des militant·e·s activistes gays de San Francisco dans les années 1985-1987. Ils ont confectionné les premiers panneaux de tissus dédiés à leurs amis et leurs amants décédés. Puis des panneaux ont été confectionnés par des personnes issues de différents groupes sociaux. Ces panneaux ont ensuite été déployés en signe de protestation et de lutte contre les haines telles l’homophobie, le racisme… qui nourrissent les préjugés qui contribuent à l’expansion de l’épidémie du Sida. Aujourd’hui, des déploiements continuent d’être mis en place à travers le monde.

 

 

 

 

Gert McMullin continue de se mobiliser en tant que coordinatrice au Names Projet Foundation et qui face à l'épidémie du COVID19 s'engage en réalisant des masques et mettre les liens vers la vidéo et l'article.

 

 

"Patchwork Blanc", Solidays 2019. © Olivier Samyde

 

 

"Cérémonie de déploiement du Patchwork des noms", au MAGASIN des horizons 2018. 

 

 

En 1988, des activistes gays français découvrent à New York les patchworks des noms et, bouleversés, décident de créer une association en France. Ce sera « le Patchwork des noms ». Des volontaires de AIDES créent aussi des ateliers au tout début des années 90 à Paris et à Marseille.

 

Un patchwork des noms est très codifié. Les dimensions sont les mêmes pour les milliers qui ont été et sont cousus à travers le monde.  Une association de 8 panneaux individuels de 1,80 x 0,90 mètre forme un carré de 3,80 x 3,80m. Les panneaux individuels peuvent être doubles (1.80 x 1.80) comme nous en réalisons un en ce moment pour les membres de l’association du Tipi à Marseille. Mais quelle que soit la dimension des petits panneaux, une fois assemblés, les panneaux doubles ou simples forment un carré de 3,80 x 3,80m. Sur chaque panneau est inscrit le prénom de la personne, son année de naissance et son année de décès ainsi que des symboles la représentant.

 

Chaque cérémonie de déploiement de patchwork des noms a en commun le même mouvement d’ouverture du patchwork des noms et la lecture de prénoms (voir des noms) de personnes décédées des conséquences du VIH/SIDA. Selon le lieu et le contexte, des discours engagés, de la musique, des chants, des lectures… rythment la cérémonie. Il peut y avoir un patchwork des noms ou des milliers déployés ensemble. En France aujourd’hui, des déploiements sont organisés lors du Festival des Solidays à Paris, lors de la Journée mondiale de lutte contre le Sida, ou lors du Candle ligth day en mai, dédié au souvenir des personnes décédées des suites du VIH/Sida ou bien dans des lieux comme le Magasin des Horizons afin de se regrouper, de se souvenir ensemble et de continuer à se mobiliser.

 

Si le patchwork des noms est codifié et riche d’une histoire de mobilisation de plus de trente ans, continuer de créer à partir de ce patrimoine de nouveaux outils de lutte comme le patchwork blanc est indispensable.

Nous voulions ici témoigner de l’importance de connaitre l’histoire des luttes dont celle de la lutte contre le Sida pour continuer de forger aujourd’hui nos outils d’émancipation. Comme nous avons pu le faire à plusieurs reprises au Magasin des Horizons.

 

Lors de ces Sororales dématérialisées, nous voulions partager ces ressources qui sont précieuses face aux défis que nous continuons de relever tout particulièrement ceux en cette période d’épidémie du COVID19.

En 2018, avec les Amis du Patchwork des noms 5, nous avions prêté un patchwork à l’occasion de l’exposition « Je marche donc nous sommes ». Nous l’avions déployé lors d’un des week-ends de cette programmation. L’équipe du Magasin des Horizons nous avait également invité à animer un atelier de création de patchwork. A cette occasion, nous avons commencé un panneau en souvenir de Dani, militante féministe héraultaise. Nous voulions partager son histoire et contribuer à rendre visible l’histoire des femmes trop souvent invisibilisées.

 

 

 

 

Nous devions lors de cette édition des Sororales 2020 finaliser le panneau de Dani en reliant les éléments réalisés à Grenoble et à Montpellier. Un atelier pour relier les personnes de Grenoble à celles de Montpellier, celles n’ayant pas connu Dani à celles l’ayant connu, relier des temporalités différentes des années 90, d’autres des années 2000 à celles des ateliers de 2018 et de 2020…

 

Nous finaliserons ce panneau prochainement, la détermination féministe de Dani nous anime ! Déployer un patchwork blanc est un acte politique puissant et commémoratif fort. Articuler la mise en place de créations de panneaux dédiés à ces « invisibles » avec le patchwork blanc crée des synergies de luttes et de soins indispensables. C’est pourquoi les membres de la Fabric’Art-thérapie 6, dont fait partie Isabelle S.D. Sentis partagent ces actes au MAGASIN des Horizons et ailleurs.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

__

DANS LE CADRE DES SORORALES #3 - festivités insolentes.

 

__ Adulte __ __Tout public __ __ Enfant __