Connexion
Exposition de Noël 2012
Le rendez-vous de l'art contemporain

Le MAGASIN - Centre National d’Art Contemporain de Grenoble, en partenariat avec le Conseil Régional Rhône-Alpes, la Ville de Grenoble et avec le soutien du Conseil Général de l’Isère, organise la sixième édition de son Exposition de Noël, qui aura lieu du 2 décembre au 30 décembre 2012.

 

L’exposition a pour objectif de rassembler et présenter une sélection d’artistes, indépendamment de leur âge ou de leur type de pratique artistique, qui ont un lien avec la Région Rhône-Alpes (qui y sont nés, qui y ont étudié ou qui y vivent et y travaillent). Elle les invite à participer à un processus de sélection, confé à un jury de professionnels de l’art contemporain (renouvelé chaque année). Ce jury indépendant, composé d’acteurs institutionnels (musées, centres d’art, écoles d’art), de critiques d’art, de collectionneurs et d’artistes est chargé de sélectionner un nombre indéterminé d’artistes parmi les participants et de rassembler leurs oeuvres pour une exposition de quatre semaines à l’Ancien Musée de Peinture de Grenoble.

 

 

Le jury, réuni les 5 et 6 novembre dernier, était composé de :

- Grégory Castéra, co-directeur des Laboratoires d’Aubervilliers

- Marie Cozette, directrice du centre d’art contemporain la Synagogue de Delme

- Laurent Faulon, artiste

- Caroline Janin, chargée des publics de la Villa du Parc, Annemasse

- Olivier Neden, artiste, lauréat de l’Exposition de Noël 2011
- Lélia Martin-Lirot, coordinatrice de Documents d’Artistes Rhône-Alpes

- Pierre Simon, médiateur du centre d’art contemporain de Brétigny.

 

 

Il a sélectionné 27 artistes parmi les 357 dossiers de candidature reçus. Les artistes sélectionnés sont : Carine Altermatt / Frédéric Baillat / Laura Ben Haiba / Richard Bergeret / Emmanuelle Coqueray / Rémi De Chiara / Mickael Detez de la Dreve / Arielle Dufour / Badr El Hammami / François Germa / Olivier Jonvaux / Joséphine Kaeppelin / Cornélia Komili / Anne Le Troter / Marija Linciute / Jérémy Liron / Julien Lobbedez, Sebastien Perroud et Anne-Julie Rollet / Billy Margueron / Isabelle Ménéan / Nathalie Muchamad / Guillaume Perez / Laurent Pernel / François Roux / Fiona Valentine Thomann / Lucy Watts.

 

Leurs travaux ont été rassemblés pour une présentation publique dans les salles de lʼAncien Musée de Peinture de Grenoble du 2 décembre au 30 décembre 2012.

 

Le Prix de la Ville de Grenoble a été décerné à Nathalie Muchamad. Le Prix Edouard Barbe a été attribué à Mickael Detez de la Dreve. Les deux lauréats sont étudiants dans les écoles d'art de la Région Rhône-Alpes.

Ces prix ont été remis lors du vernissage le samedi 1er décembre à 18h30.

Les lauréats de l'Exposition de Noël 2012

 

Le MAGASIN - Centre National d’Art Contemporain de Grenoble, en partenariat avec le Conseil Régional Rhône-Alpes, la Ville de Grenoble et avec le soutien du Conseil Général de l’Isère, organise la sixième édition de son Exposition de Noël, qui a lieu du 2 au 30 décembre 2012 à l'Ancien Musée de Peinture, place de Verdun, Grenoble.

Lors du vernissage, samedi 1er décembre, les lauréats ont été annoncés :

Le Prix de la Ville de Grenoble a été décerné à Nathalie Muchamad. Le Prix Edouard Barbe a été attribué à Mickael Detez de la Dreve. Les deux lauréats sont étudiants dans les écoles d'art de la Région Rhône-Alpes.

 

Nathalie Muchamad est née en 1976 à Nouméa (Nouvelle-Calédonie). Elle vit et travaille à St- Julien-Molin-Molette. Elle est étudiante en 5ème année à l'ÉSAD Grenoble.

« Construite par une enfance en Nouvelle-Calédonie, au moment où celle-ci menait une lutte pour son indépendance, et mon intérêt pour comprendre les représentations à travers un discours dominant m’ont mené vers la question post-coloniale et le récit subalterne. À la question de Spivak : « Les subalternes peuvent-elles parler ? » - il y a encore un langage à inventer.

En 1936, Walter Benjamin rédigeait un texte intitulé « Le Narrateur ». Dans cet essai, il écrit «L’art de conter est en train de se perdre (...). Le cours de l’expérience a chuté. Et il semble bien qu’il continue à sombrer indéfniment. C’est comme si nous étions désormais privés d’une faculté qui nous semblait inaliénable, la plus assurée entre toutes : la faculté d’échanger des expériences.»

Le narrateur est celui qui transmet. En assumant sa propre représentation du réel dont il est témoin, et faisant partager sa propre expérience de ce réel pour permettre à l’auditeur d’être, non pas le simple spectateur de la scène qui se déroule devant lui, mais d’en être également l’acteur. Capable de vivre l’expérience de l’Autre, c’est découvrir sa propre altérité. C’est échapper au mythe d’une identité fxe et reconnaissable. » 

 

Mon voisin Robert,, Vidéo documentaire, 11'
Robert, mon voisin, agriculteur à la retraite, ancien parachutiste du 11ème Choc pendant la guerre d’Algérie. Il raconte, et ce qu’il raconte ne sont pas seulement des souvenirs de guerre,

mais les réminiscences d’un passé qui se transmettent malgré le silence et le secret.

Ping Pong Show, 2009, Vidéo expérimentale, 3'20
« C’est le mythe de la Méduse Gorgone, un monstre dont le visage ne pouvait se regarder en face : tous ceux qui levaient les yeux sur elle étaient instantanément changés en pierre, pétrifés. »1 Ping-Pong Show, l’écran comme une expérience du réel. Face à une réalité parfois irregardable, c’est une réfexion sur ce qui peut être, montrer ou pas, image ou pas.
1 Images malgré tout, Georges Didi-Huberman, éditions de Minuit, 2003.

Mickael Detez de la Dreve est né en 1991 à Annecy. Il vit et travaille à Annecy. Il est étudiant en 4ème année à l'École d'art d'Annecy. 

« Mon travail se base sur les possibilités que nous offrent les procédés de l'expérimentation et du bricolage. Je mets en rapport des objets, des protocoles, des sensations, afn de pouvoir prendre conscience de matières, plus ou moins nouvelles, telles que des sons ou des histoires. Il est toujours question de perception, de savoir comment transmettre ces matières par le biais de pièces, d'installations ou encore de performances. Mon rapport personnel avec le son oriente mes sujets de réfexion et d'étude vers ce dernier, et me permet de mettre en place et de fabriquer mes propres outils et instruments, afn de transmettre mes sons et ma musique. La notion du temps est également très importante dans mon travail, car elle est le support de mes propositions, et permet à mes pièces et installations d'être perçues dans le cadre d'un instant, d'un moment. Si je devais résumer mon travail, je dirais que je cherche à prendre le temps de percevoir, et que je propose des sons et matières propices à cette notion de perception. »